Issues

Ca faisait longtemps que je n’avais pas mis à l’honneur une chanson que j’adore et qui, comme à mon habitude, l’écoute en non-stop.

Donc voici Julia Michaels avec un petit air à la Madonna. Si elle a écrit des chansons pour les autres, ce issues est son premier titre en solo. Et de nouveau, vous allez me dire que c’est une femme qui chante, que je n’écoute que des femmes chanter et ben c’est vrai, je dirais jamais le contraire.

Une petite chanson au son mélodieu et une chanteuse qui chante de sa vraie voix et non pas trafiquée par ordi…

Riche (Paysage de France 08/16)

Je me risque aujourd’hui à mettre en ligne une vidéo tout en sachant que ça ne me réussis pas trop de mettre des vidéos sur mon blog. Sur des blogs en général, pas uniquement sur le mien. Bah oui, d’ici peu il ne sera plus en ligne sur YouTube et il y aura un beau carré à la place en disant que « la vidéo aura été supprimée ».

Bref, voici Riche, l’un des titres de Claudio Capéo. Le bonhomme, j’accroche guère, surtout sa voix « rauque ». Dans ce Riche, il chante normalement. Alors que l’on m’explique…
Passé la journée d’hier à entendre cette chanson en boucle, via YouTube.

J’adore cette mélodie (un piano tout gentil à la « Amélie Poulain ») et ces paroles si vraies.

Bon, il se trouve qu’en plus de la chanson il y a aussi le clip et j’aurais reconnu la pointe de Pen-Hir que l’on voit lorsque nous sommes sur la presqu’île de Crozon, en Bretagne, cette délicieuse région Française.
La pointe de Pen-Hir avec son fameux Tas de Pois : Grand Dahouët, Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Bern-Id et Ar Forc’h (la Fourche).

Cet avancement fut anciennement nommé à cause de leur forme Pézeaux ou Tas de Foin avant d’être rebaptisé au milieu du XIXe siècle en Tas de Pois.

Le clip montre aussi le PHARE DE PENMARCH. Donc avec la pointe et le phare, nous avons 2 sites que j’aurais vu en aout dernier! Comme quoi, la Bretagne, ça vous gagne!

Le Tas de Pois.
IMG_0223

Bjork à Lyon (2015)

C’était hier, la mouche.

Un lundi soir ça tombe mal car obligé d’aller au travail (à l’aut’bout de la Sâone et Loire) et de vite me dépêcher d’aller à Lyon sans diner et Cie.

Prévu à 20h00, il est 17h40 lorsque je pars dans la ville des Gaules avec Cécilia.

Pas mal de monde au dehors à passer la sécuritée et pas mal de monde qui arrive entre temps.

bjork 20 juillet 2015 001

Sur place, les gradins sont quasi vides et dans la fosse peu de monde aussi je décide de rester dans la fosse, pile dans l’axe du micro central à une petite dizaine de mètres de distance. Plus qu’à attendre les 20h45 (oui: la miss a décalé de 45mn son entrée). Ca picole, ça s’amuse et surtout, ça attends!

IMG_2738

Les percussionnistes et l’orchestre des instruments à vent arrive sous les applaudissements et à 45 pétantes, ELLE arrive. La mouche arrive!!! Toujours des accoutrements improbables pour chanter mais là, ce gant de toilette sur la gueule, c’est bien simple, comme l’a dit Cécilia ça aurait pu être n’importe qui et de chanter en playback.

En plus de cet accoutrement j’avais 3 colosses devant moi si bien que j’ai passé ma soirée à voir devant moi, l’écran géant. Lorsque la miss Bjork dédaignait bien être dans mon champs de vision, c’était trop peu de temps et toujours un bout d’elle entr’aperçut.
C’était une situation à chier et (allons-y franchement) des 6 concerts vus d’elle, mon pire. Mais c’est ma faute…

Après le concert, rien à dire, du pur Bjork, un ravissement des oreilles et une bonne ambiance autour de moi.
Beaucoup de titres chantés de Vulnicura… et c’est bien normal.
Black lake, je le savais, allait être mon préféré en live, mais je dois dire que Wanderlust chanté hier soir m’a scotché sur place!!!

IMG_2712

Wanderlust

IMG_2719

IMG_2720

IMG_2729

One day

IMG_2731

One day

Bon, la mouche jaune s’en est allé avec son petit groupe de musiciens et moi, une impression d’être resté sur ma faim, de ne rien avoir vu.

Domage.

Chandelier

Ma chanson du moment, c’est Chandelier de Sia, surtout de Sia!

Le clip est bien foutu (et les parodies de la dance moderne effectués par la gamine de 11 ans, apparaissent sur le net) et c’est avec plaisir de voir la version de l’émission de Ellen.

Je me suis mis aussi à écouter la même chanson interprétée par des inconnus plus ou moins incoonus, et je dois dire que la femme de la vidéo ci-dessous est une version ma-gni-fi-que!!! A tel point que je me suis mis à écouter ses autres reprises d’autres chansons et 2 sont très réussies (mention au Lorde Royal)

Cum Dederit

Le 5 juin 2009 est sorti simultanément sur les écrans, à la télé et sur internet le film Home de Yann Arthus-Bertrand.
Ce film est à voir car les images de notre planète terre (des hommes) vue du ciel sont de toutes splendeur. Alarmant souvent dans ses propos, mais des images splendides. C’est un peu la version visuelle-animée de la version-livre « La terre vue du ciel« .

Bref, en 2009 j’avais vu ce film à son passage-télé et même si j’ai beaucoup aimé les images, j’ai accroché à la première seconde d’un passage musical du film que vous retrouver à 1h17 du début. Comme souvent, j’ai cherché dans le générique de fin le titre pour savoir à qui j’avais à faire mais sans succès puisque Home a une BO très très fournie et vous connaissez l’expression de l’aiguille dans sa botte de foin…

Nous sommes en 2014 et j’ai vu hier un film Tu seras mon fils et cette fameuse chanson est entendue 2 fois (au début et vers la fin dudit film). De nouveau une recherche au générique et bingo!!! Cum dederit qui est de plus une composition de Vivaldi (ce que je n’aurais jamais deviné).

Je vous mets donc en suite cette fameuse chanson que j’aurais mis quasiment 5 ans à trouver son titre avec une vidéo-youtube et je ne m’en lasse pas de réécouter encore et encore. C’est le genre de chanson que j’écouterais en voiture à 130km/h en me disant qu’au final, je roule en fait lentement.

Déjà à l’époque je me demandais quelle était la langue utilisée (mais il me semble que c’est du latin). Si vous êtes d’attaque à écouter la vidéo, ce ne sont que les 5 premières minutes… Enjoy.

Dernière dance

Il m’aura suffit de quelques écoutes à la volée sur NRJ pour découvrir et surtout apprécier (mot si faible pour vraiment définir cette chanson) cette Dernière dance.

Une petite recherche sur internet pour savoir qui chante cette chanson et voir un (hypothétique) clip. En plus je connais la miss, du moins je connais sa voix car elle était dans les chœurs d’une autre chanson sortie en 2012 que j’aime aussi: Dreamin.

Donc voici cette Dernière dance interprétée par Indila.

Une charmante chanson et, il est amusant pour moi de penser en l’écoutant que j’aurais aimé voir d’autres interprètes la chanter, comme Edith Piaf et Thérésa Salgueiro.

Alors ce qui suit n’est pas le clip officiel mais une version accoustique qui est tout aussi plaisante à écouter…

Le bilan de la soirée (Charnay les Mâcon 10/13)

Et voilà, maintenant que c’est (un peu) digéré, une petite synthèse de ma soirée La Traviata à deux pas de chez moi!

Arrivés 30mn avant l’ouverture des portes, 1h30 avant le début du spectacle, j’attends comme tout le monde, accompagné de ma plus jeune sœur.
Le hall d’attente se remplie et quel est mon soulagement de voir parmi tous les vieux, une dizaine d’enfants accompagnés de leurs parents respectifs. Alors si je dis ça, c’est que des mauvaises langues se sont moquées de moi sur ma page Facebook et disant que La Traviata c’est pour les vieux et que moi, je suis un vieux!
Donc, des enfants. Et de toute façon, il y avait tous les ages représentés!
Je me doute que ma sœur ne connait pas du tout l’histoire de Violetta et d’Alfredo et son i-phone l’aide un peu à se faire une idée des 3 actes qu’elle va voir.

Ouverture des portes à 19h30.

Alors comment définir au premier abord la salle? Merdique est le nom! En fait c’est pas merdique qu’il faut dire, mais c’est pas approprié pour ce genre de spectacle. Je redoute une phonique de merde…
Assis au 4ème rang un peu excentré sur la gauche du milieu de la scène, je sais d’avance que j’aurais une tête devant moi et qui va me bousiller la soirée! Je sais que la dernière fois à Lyon, j’étais MAGNIFIQUEMENT placé et que pas à Charnay les Mâcon!

Ca se rempli, ça se rempli. D’après de ce qu’ai put voir, la salle de 900 places était comble, n’en déplaise aux (toujours) mauvaises langues facebookiennes (elles se reconnaitront).

Sur la scène, peu de meubles et autres accesoires. Juste devant, une dizaine de chaises pour l’instrumentation symphonique. Et nous tous à attendre.

Vous vous doutez de la suite sous les applaudissements: arrivée des musiciens, du chef d’orchestre et les premières notes qui s’envolent dans la salle…

Et là, le paradis à portée d’oreilles, à portée des yeux. C’est simple, le bonheur à l’état pur et un plaisir incroyable d’entendre en direct mes musiques si connues par cœur.

Les photos qui suivent sont toutes du Journal de Saône et Loire.

photo 1 (8)
Au premier acte, Violetta jouée par la colombienne Sandra Liz-Cartagena.

photo 1 (9)
Au premier tableau du second acte, le père d’Alfredo et Violetta

photo 2 (9)
A la fin du premier tableau du second acte, Alfredo avec son père le réconfortant du départ inexpliqué de Violetta.

photo 3 (9)
Chez Flora au début du second tableau du second acte.

photo 1 (10)
A la fin du troisième acte, Violetta et son Alfredo qui s’en revient la voir, sur son lit de mort.

La bonne surprise de la soirée fut quand même deux chanteurs lyriques à la voix incroyable. A mes yeux, les personnages importants de l’oeuvre, à savoir Violetta et Giorgio Germont, le père d’Alfredo. Je craignais une insonorisation de merde mais je sais pas si c’est la salle qui est bien faite finalement ou les 2 chanteurs lyriques, mais leurs voix, on touchait le sublime. C’est simple, une fois chez moi, je suis aller voir le site de la Sandra Liz-Cartagena et rendez-vous compte qu’elle est en plus, belle. Anna Netrebko n’a qu’à bien se tenir!!!
Et les costumes de ces dames, je crois que c’était même mieux que ceux vus à Lyon. Sous les robes des dames on voyait même les chaussures et autres pantalons-culottes. Dommage que ma sœur n’ai pas pris la robe de Violetta au second tableau du second acte (la fête chez Flora) car cette robe noir et toute pailletée de diamants (on peux rêver pour les diamants), c’était retour-aux-années-1850!
Mise en scène simpliste mais bon, on viens plus pour écouter que voir danser ou gesticuler de la sorte.

Quelques cotés négatifs malheureusement. J’ai trouvé que ça se sentait le coté minimaliste des musiciens. Comme qui dirait le minimum syndical. Mais bon, heureusement: l’essentiel y était.

photo 3 (8)

Et puis faut le dire, j’étais mal positionné pour tout voir. Mais bon, dans la salle on était tous à la même enseigne… sauf les premiers rangs VIP! Il y a et aura toujours le haut du pavé pour être aux premières loges et le commun des mortels pour ramasser les miettes!
Il y eu quelques scènes de Violetta principalement sur le sol et là, c’est tout bien pour voir ou tout nul! J’étais chez les nuls!!!!
Il y avait 2 entractes pour laisser le temps d’installer le décor suivant. Et concernant celui du dernier acte, je le voyais comme sur le nez au milieu de la figure, comme quoi que justement, je ne le verrais pas le lit, une fois la tête de la personne assise devant moi! Je savais que ça allait merder le dernier acte pour tout bien voir et j’vous le donne en mille de ce qu’il s’est passé: affirmatif!

photo 3

Bon, au final une très bonne soirée et ma sœur m’a dit revenir revoir La Traviata si l’occasion lui en est donné, un jour. Courage, j’en suis à ma troisième fois alors ne désespère pas, petite sœur. Et n’écoute pas les mauvaises langues…

Un petit florilège de photos de la standing ovation du final (provenant quant à elles de l’i-phone de la jeune sœur).

photo 1 (3)
photo 1 (4)
photo 1 (7)

Et pour finir une petite vidéo:

J’en reviens pas moi même!

Aujourd’hui, par le plus grand des hasards je suis passé par des rues de Mâcon dont j’avais pas l’intention d’emprunter. Quelle ne fut pas ma surprise de voir sur les bords de la route une affiche publicitaire d’un évènement à venir et j’ai juste eu le temps de lire Traviata et Charnay les Mâcon!

Ni une ni deux, retour en arrière, garé la voiture et ai été voir ça de plus près!

Alors pour tout ceux et celles qui me connaissent, je peux vous dire quel superbe cadeau de noel on pourrait m’offrir à noel et le plus beau, c’est moi qui me le suis offert!!!

Voici le site officiel de l’évènement.

Assidus de mon blog que vous êtes, vous n’êtes pas sans savoir le bonheur incommensurable qui est mien lorsque je vais à l’opéra voir La Traviata.
Il y eu Vérone, Lyon et maintenant, Charnay les Mâcon! Ca se rapproche, ça se rapproche… la prochaine fois dans mon salon?

Comme à mon habitude, une petite vidéo avec deux titres que tout le monde connait… peut être sans savoir que c’est de La Traviata.

Imaginez en plus que je me retrouve assis aux cotés de la seconde femme la plus belle au monde, la soirée serait doublement inoubliable…

Vivement le 26 octobre prochain…

Iron

Ca faisait longtemps que j’avais pas mis en ligne un clip vidéo.

La petite histoire de ce titre: une de mes connaissance (un peu) plus jeune que moi m’a un jour montré ce groupe, ce titre, ce clip.
Je lui avais demandé pour ça, de me « montrer » ce qu’elle écoutait, aimait en ce moment… en gros: qu’est-ce que les jeunes écoutent de nos jours sans que je m’entende dire par elle qu’un Justin Bieber est génial!
Et elle m’a donc mis en lien ce groupe dont je ne connaissais ni d’Adam ni d’Eve.

Et juste comme ça, regardez-le, regardez le clip car il est magnifiquement sublime d’un N&B incroyablement beau. Une lumière très très, très très belle.